Autotour au Japon: ce qu’il y a à savoir

Avec ses nombreux sites touristiques, ses architectures, sa gastronomie et son histoire, on ne risque pas de s’ennuyer au Japon. Pour avoir une expérience encore plus riche au pays du soleil levant, on opte pour la location de voiture. Quoi de mieux que de se déplacer à sa guise à travers le pays pour faire encore plus de découvertes? On commence donc l’aventure avec l’autotour au Japon.  

Conduire soi-même durant le séjour au Japon

Il est indispensable de se déplacer en véhicule dans le pays pour ne pas rater les meilleures destinations. Pour une expérience encore plus riche de voyage, on peut conduire soi-même en choisissant l’Autotour au Japon

Les démarches sont simples pour faire un autotour. On commence par la traduction du permis de conduire qui est une étape obligatoire. Pour l’effectuer, on s’adresse à la Fédération Automobile du Japon avec pour objet la traduction de permis de conduire légalisé. Cela peut aussi se faire en ligne ou par l’intermédiaire d’une agence de voyage. 

Puis, on entame par la location de voiture. C’est une procédure assez simple, mais pour la faciliter, on peut toujours charger une agence pour se procurer un bon véhicule. Il faudra seulement s’assurer que la voiture est équipée d’un GPS en anglais et qu’elle soit couverte par une assurance. Une voiture avec boîte automatique est plus facile à conduire au Japon.

Des destinations originales au Japon

Faire un road-trip au Japon peut être très intéressant. Il y a toujours des nouveautés à découvrir à chaque détour. En faisant de l’autotour, on a de nombreuses destinations surprises tout au long de la route. Les escapades sont innombrables et dépendent seulement de la volonté des touristes. Si vous êtes avide de divertissement, passer un petit séjour dans la ville de Tokyo est impératif. C’est l’occasion pour visiter le Shibuya Crossing, le quartier de l’électronique Akihabara et tous les alentours des quartiers chics. Pour un séjour de détente plus calme , on peut quitter le brouhaha de la capitale et se rendre dans la ville de Nagasaki. Elle est chargée d’histoire et on peut y aller pour retracer un peu d’histoire. On peut également y  visiter la cathédrale Oura, le parc Glover ou la muse sur l’île Dejima. Puis, si on veut se dépayser un peu, on se rend à voiture vers Kumamoto et si l’envie y est, on monte jusqu’au Mont Aso.  

Les bases de l’autotour au Japon

La limitation de vitesse est surveillée à la loupe: en ville, il faut maintenir une vitesse entre 30 et 50 km/h, ne pas dépasser les 60 km/h sur les nationales et les 100km/h sur les autoroutes. Par conséquent, une conduite bien en douceur, fluide et respectueuse est recommandée. 

Dans ce pays, le volant se trouve à droite et la conduite se fait à gauche. Il faut faire attention à s’arrêter avant le carrefour et non en plein milieu. On note que les feux se trouvent sur l’autre côté carrefour. Il existe bien des difficultés à conduire à l’étranger, mais au Japon, on a bien pris soin de rendre les panneaux très explicites. D’ailleurs, dans les grandes villes et les lieux touristiques, les panneaux sont standards et dotés d’une traduction en anglais, toutes les indications restent très claires.

Les infrastructures et les routes sont impressionnantes et très bien entretenues. L’expérience au volant peut être très agréable. Toutefois, dès le début, il faut bien savoir que la ville de Tokyo entre dans le classement des 5 villes avec le parking le plus cher au monde. Par précaution, mieux vaut prévoir un budget de quelques centaines de yens pour le parking. 

About the author